Les salarié(e)s de GSF (société de nettoyage) de la Cité de l’espace seront en grève ce mardi 23 janvier.

Le syndicat CGT de la propreté les organise pour gagner !!

Les salariés se mobilisent par la grève pour :

  • l’arrêt des pratiques de harcèlement dont ils sont victimes de la part du donneurs d’ordre (le client)
  • la requalification du contrat de travail pour celles et ceux qui travaillent et ont travaillé sur le site sans contrat
  • la régularisation avec rétroactivité du paiement des heures supplémentaires et complémentaires des salariés actuellement dans l’entreprise mais également ayant travaillé chez GSF ces trois dernières années ;

Ci-dessous le courrier adressé à la direction qui porte les revendications du mouvement :

Victoire totale des agent.e.s de bionettoyage ONET à l’hôpital de Purpan!

Mardi 16 janvier la quasi totalité des personnels de bionettoyage du site du CHU de Toulouse se sont mis en grève.

La direction du CHU a découvert que les salariés chargés de la propreté des blocs, existaient en tant que premiers de cordée.

Au bout de 2 jours , les directions d’ONET et du CHU ont du satisfaire les revendications .

Ces agent.e.s font partie des personnels invisibles de l’hôpital, ceux et celles que nos dirigeants oublient systématiquement mais qui sont pourtant un maillon indispensable du fonctionnement de nos hôpitaux.

 Bravo à cette victoire qui porte très loin car elle est celle de la dignité humaine !

Leurs revendications sont les suivantes:

  • la fin des convocations des agents pour des entretiens disciplinaires, aucune sanction contre les agents qui ont été convoqués
  • l’arrêt des pratiques de harcèlement, le remplacement de la responsable de site de PPR
  • le respect de la réglementation concernant l’apparition des droits aux congés acquis sur les fiches de paye
  • la mise en place d’une prime de pénibilité
  • la mise en place d’un treizième mois
  • des embauches à la hauteur des besoins et le remplacement de l’absentéisme
  • la mise à disposition de tenues adaptées contre le froid
  • le respect du temps de travail, des congés et des repos

Ces agent.e.s font partie des personnels invisibles de l’hôpital, ceux et celles que nos dirigeants oublient systématiquement mais qui sont pourtant un maillon indispensable du fonctionnement de nos hôpitaux. Leur situation ne peut plus durer.

Depuis 5H ce matin se tient un piquet de grève devant le bâtiment PPR à Purpan.

10 juin 2023 – A l’initiative du SELA 31 manifestation et distribution de tracts au Leclerc Roques.

Ce samedi 10 juin après-midi, la CGT-SELA 31 a organisé l’envahissement du Leclerc Roques-sur-Garonne (au sud de Toulouse) avec l’appui de plusieurs syndicats CGT du département. Cette action visait à dénoncer la discrimination syndicale subie par un camarade délégué syndical depuis plusieurs mois, les mauvaises conditions de travail des salariés et les manœuvres de la direction qui se gave sur le dos des étudiants depuis de nombreuses années en ne les payant pas correctement. Dès notre arrivée sur les lieux, nous avons été réprimés par les agents de sécurité du magasin qui ont immédiatement appelé la gendarmerie, venue en nombre pour nous faire taire et nous empêcher de clamer nos revendications. Malgré cette énième attaque du patronat et de la bourgeoisie, nous resterons unis et déterminés pour améliorer les conditions de travail des employés et pour les défendre. Contre l’exploitation capitaliste, nous devons nous organiser et lutter encore plus nombreux !

Ci-dessous le tract distribué aux clients du centre commercial :

6 juin 2023 : Toujours mobilisé·es avec près de un million de manifestant·es dont 50 000 à Toulouse.

La CGT 31 appelle a suivre l’exemple des salariées de Verbaudet : amener la lutte sur les lieux de travail et d’étude pour gagner sur nos revendications partout ! Si Macron pense qu’il a gagné et que la contestation s’éteint, il se trompe. Ca n’est que le début…

A suivre sur cette page :

– Les interventions de l’UD31 et du SELA31 en fin de manif
– Le passage de JF Tortajada, membre du bureau de l’UD31 au JT 19/20 de France 3
– Quelques photos de la manif
– Le communiqué de presse confédéral

Ca n’est pas un match avec un coup de sifflet final. C’est un mouvement de contestation social qui s’amplifie à chaque passage en force du gouvernement, à chaque déni de démocratie.

Latécoère en grève : alors que la direction veut délocaliser l’usine de Montredon elle accuse les salarié·es de vouloir « couler la boite ». Honteux.

Dans le même temps le DRH annonce faire venir une dizaine de salarié·es tchèques pour redémarrer l’usine.

25 avril 2023. Les salarié·es de Latécoère ont rencontré la direction le 24 avril matin pour porter leurs revendications :

  • Une prime de 20000€ pour chaque salarié de Montredon,
  • Le paiement des heures de grève,
  • Pourvoir partir dans le cadre de la GEPP quand chaque salarié le souhaite.

La direction leur a répondu : pas de prime, pas de paiement des heures de grève et a confirmé un départ dans le cadre légal avec un préavis de 2 mois. La direction n’a fait aucune contre proposition : refus catégorique.

La seule chose que la direction a dit, c’est que les salarié.es allaient faire couler la boîte d’ici la fin du mois si le mouvement de grève ne s’arrête pas. Comble du cynisme et mépris total.

Alors que cette direction n’a de cesse de dépecer cette entreprise au nom prestigieux avec deux plans de suppressions d’emplois et maintenant l’annonce de cette délocalisation, aujourd’hui elle tente d’inverser les responsabilités.

Les salarié·es on voté et ont décidé de continuer le mouvement de grève.

Elles et ils ont également décidé par un vote de demander le soutien des trois organisations syndicales.

Bien-sûr la CGT est a leurs côtés et on continuera à les soutenir car c’est l’essence même de la CGT que d’organiser la lutte des salarié·es pour résister à la domination patronale.

Surtout avec une direction telle que celle de Laétécoère qui a annoncé qu’elle allait faire venir des salariés tchèques pour casser la grève. Une riposte encore plus infâme que les réquisitions.

On espère que les deux autres organisations syndicales seront tout aussi déterminées que les salarié·es et la CGT.

Plus que jamais les salarié·es de Latécoère continuent la lutte.

Rappelons que cette usine « usine du futur » a été construite grâce à des fonds européens, avec une participation de la région Occitanie, sur un terrain bradé par la mairie de Toulouse.

Enfin pour comprendre comment Latécoère en est arrivé à cette situation et comment la financiarisation du secteur aéronautique conduit inexorablement à faire payer aux salarié·es des choix financiers, Florent Coste de la CGT Latécoère livre, devant un site Airbus, une démonstration limpide du rôle d’Airbus dans cette situation.

Ainsi la CGT considère que la responsabilité d’Airbus est engagée. Sa direction doit intercéder dans ce conflit.

Décision du Conseil Constitutionnel : Communiqué de l’intersyndicale et appel de la CGT.

Alors que le gouvernement et les médias annoncent la fin de l’intersyndicale et la fin de la mobilisation, cette déclaration confirme notre détermination à aller jusqu’au retrait.

Suite aux décisions du Conseil constitutionnel, veuillez trouver, ci-joint :

  • Le Communiqué de l’intersyndicale,
  • L’appel de la CGT.